Email : Comment améliorer son taux de délivrabilité ?

Vous passez un temps non négligeable à élaborer vos campagnes emailing mais vous affichez des taux de délivrabilité régulièrement bas ? Comment inverser la tendance ? Quelles sont les techniques qui plairont à coups sûrs aux fournisseurs de messagerie afin de vous ouvrir grand les portes des boites de réception ?

Dans cet article, nous vous partageons quelques bonnes pratiques, faciles à implémenter dans votre stratégie mailing. En les appliquant, il ne fait aucun doute que vous verrez rapidement vos taux de délivrabilité remonter en flèche.

 

 

Le taux de délivrabilité : qu’est-ce que c’est ?

 

Tout d’abord, il est bon de rappeler c’est qu’est exactement le fameux « taux de délivrabilité », si cher aux yeux des marketeurs, responsables de campagnes emailing.

Pour être clair et concis, le taux de délivrabilité correspond à la proportion d’emails réellement parvenus dans la boite de réception du destinataire.

Concrètement le taux de délivrabilité s’obtient en divisant le nombre de mails délivrés par le nombre de mails envoyés.

 Taux de délivrabilité = nombre de mails délivrés / nombre de mails envoyés

Qu’ils aillent dans la boite de réception principale ou qu’ils soient considérés comme « spam » et envoyés directement dans la boite à courriers indésirables, ces mails sont comptabilisés comme « livrés ».

 

 

Comment augmenter ses taux de délivrabilité ?

 

Et bien, un des premiers principes à connaître pour rentrer dans les bonnes grâces des FAI – tels que Gmail, Yahoo, Orange ou encore LaPoste – est d’envoyer ses campagnes emailing sur des bases de données dites « propres ».

Alors comment générer des bases propres ?

 

1. Passez au double opt’in

 

Comme nous vous en parlions dans notre article, « Double opt-in emailing : pourquoi l’adopter dans votre stratégie ? », le double opt’in est une des clés majeures d’une bonne délivrabilité.

Pour rappel, le Double Opt’in consiste à envoyer un mail de confirmation cliquable, suite à une nouvelle inscription à une base de données.

En résumé, le double opt’in est le meilleur moyen de vérifier que les adresses emails que vous avez collectées sont actives et que les membres sont réceptifs à vos envois, dès le 1er mail.

Et qui dit « bons taux d’ouverture », dit « feux verts » des fournisseurs de messagerie !

 

2. Nettoyez régulièrement vos bases pour un taux de délivrabilité optimal

 

Vous n’avez pas encore mis en place le double opt’in ?

Pas d’inquiétude, vous pouvez l’incorporer à tout moment. Mais avant de sauter le pas, nous vous conseillons d’opter pour un nettoyage de vos bases.

Notre partenaire pourra le réaliser pour vous. Après un scan consciencieux de votre base de données, l’analyse est capable de déceler et retirer les hard bounces (adresses inactives ou erronées). Dans la foulée, une vérification est réalisée pour s’assurer que vous ne possédez pas aucun spamtrap (adresses pièges créées par les FAI).

En effet, les hard bounces, s’ils ne sont pas régulièrement supprimés de vos listes d’envois, peuvent se transformer en spamtraps. Les messageries utilisent des adresses mails inactives pour les clôturer puis les assigner à un nouveau rôle : celui de spamtrap !

Les spamtraps ont des conséquences drastiques puisqu’ils provoquent une dégradation subite de votre «réputation » d’envoyeur.

À la clé ? Blocage temporaire, définitif ou un passage de vos courriers directement dans les spams. Rien de très bon, quoi qu’il en soit !

Les hards bounces, quant à eux, font baisser immédiatement vos taux d’ouvertures et de clics. Logique, puisque vous touchez une audience moindre. De ce fait, les fournisseurs de messagerie vous pénalisent si ces taux sont trop peu élevés. Une suppression de ces adresses inutiles est donc capitale.

 

 

3. Boostez vos taux de délivrabilité avec la segmentation votre audience

 

Encore une fois, l’idée est de faire les yeux doux aux fournisseurs de messagerie mais aussi de vous éviter de gaspiller une partie de votre volume d’envoi d’emails inutilement.

Plus vos taux d’ouverture seront élevés, plus vous allez être considéré comme une expéditeur de confiance.

Et de quoi bénéficient les expéditeurs de confiance ?

De portes grandes ouvertes pour l’envoi de leur mailing ! Soit une délivrabilité proche de 100%.

Mais avant d’en arriver là, vous vous demandez comment obtenir ces fameux taux d’ouverture qui touchent le plafond ? Et bien en envoyant vos messages à des inscrits réceptifs !

Ceux qui ouvrent, ceux qui cliquent, ceux qui se sont inscrits de manière volontaire et l’ont confirmé (le retour de notre cher double opt’in !). Bref, sur votre base de données, tous les abonnés ne se valent pas.

Lors de vos envois, choisissez donc en priorité les actifs ouvreurs de moins de 6 mois. Vous pouvez aller encore plus loin en sélectionnant ponctuellement les cliqueurs récents.

Bien évidemment, un membre inactif peut (re)devenir un actif à tout moment. Vous pourrez donc incorporer dans votre mix gagnant une petite proportion d’inactifs (jusqu’à 25%maximum).

Les FAI américains tels que Gmail, Outlook et Yahoo sont véritablement sensibles à ce critère et valoriseront toujours des envois en priorité sur les actifs.

Tout cela est facilement réalisable en utilisant une solution emailing proposant la segmentation avancée. N’hésitez pas à nous solliciter si vous souhaitez bénéficier de cette fonctionnalité indispensable en email marketing.

 

DEMANDER UNE DEMO

 

 

4. Montrez patte blanche aux messageries

 

Toujours dans la quête du Graal, alias « le plus grand nombre d’ouvertures possibles », il est plus qu’impératif apparaître comme un expéditeur identifié et fiable auprès de vos destinataires.

Ainsi, il est pertinent d’utiliser une adresse email d’envoi en @VotreNomDeDomaine. De même que de décliner clairement votre identité en remplissant consciencieusement le nom d’expéditeur, rassurera le destinataire. Il sera alors plus enclin à ouvrir votre message.

Le titre et le pré-header seront également déterminants dans la décision de l’internaute de consulter ou non le contenu de votre mail. Si vous souhaitez plus d’informations sur ces points, nous vous invitions à consulter notre article « comment faire une newsletter qui suscite de l’engagement ?».

Attention par ailleurs aux « spamwords ». Certains mots spécifiques auront comme effet de qualifier votre message en spam. Et celui-ci sera donc envoyé directement dans la boîte des courriers indésirables. Autant donc éviter de ruiner tous vos efforts pour un simple mot indélicat.

 

Besoin d’une solution mailing sur-mesure ?

 

Nous espérons que ces différentes informations vous aideront à améliorer vos taux de délivrabilité pour atteindre plus facilement vos objectifs commerciaux.

Sachez toutefois qu’en travaillant avec nous, votre expert en délivrabilité dédié saura vous accompagner afin de mettre en place les bonnes pratiques et la segmentation adaptée à vos besoin. Afin de vous assurer un taux de délivrabilité optimal.

 

Alors, si nous échangions sur vos objectifs ? Nous pouvons vous conseiller sur la meilleure stratégie mailing à adopter afin de les atteindre rapidement.

 

DEMANDER UNE DEMO